Ségolène, les françois et les français

Publié le par grand guide suprème

Bon, la politique, c'est pas sorcier, il suffit d'être logique pour tout comprendre.

          Axiome 1:  françois H. et ségolène R. se rencontrent sous le regard tendrement cancéreux d'un vieil homme qui promet beaucoup, dans une sorte de paradis. Ce vieil homme, c'est François M., ou alors c'est Dieu: d'où je suis on ne voit pas bien. Le paradis, c'est le 1er gouvernement socialiste d'après guerre, mais les gens sont habillés, sinon c'est les Borgias.

         Partie 2: Dieu déconne un peu, il va pas fort, il fait appel à Laurent F., qui est une sorte de pape socialiste, si vous voulez.  Il solde le bazar, vers 1983 de notre ére. Ne m'interrompez pas. Ségolène R et François H s'en foutent car ils s'aiment et la vie est belle et ils ont toujours 20 ans. Le vieux Dieu a assez de forces pour foudroyer le pape pas cool (en le plongeant dans une source de sang contaminé, un truc gore).  François H. et ségolène R. font des enfants, ce qui signifient qu'ils se demandent si tout ceci va durer et ils trouvent que dieu a pas bonne mine.

           Acte 3: Dieu crève, et tout le monde est chassé du paradis, qui avait plus trop d'allure de toute façon, vu que le pape avait bradé les lustres en cristal. J'espère que tout est clair jusque là.

         Verset 4: françois H. et ségolène R se disent que tiens, la place de dieu est libre, et pourquoi pas. Ségolène envoie françois en éclaireur, car c'est lui l'homme, au cas où il y a des orties. Bon, il y a des orties, d'après François, qui a les genoux sensibles. Le pape socialiste sort de sa tombe et revient hanter le paradis perdu comme dans les chansons de Christophe.

          Stance 5: François H. a une aventure (avec une femme  insatiable, que nous appelerons par discrétion "la réforme du parti socialiste", qui avait déjà fricoté avec le pape au moment de l'acte 3). Ségolène dit " ben si c'est comme ça moi je couche avec tout le monde, je me donne à la  France et aux français". Le pape se demande qui va garder les enfants, vu que lui il est très occupé à changer d'avis comme une girouette qui s'habillerait chez Machiavel, tailleur pour musaraigne.

              Ode 6: Ségolène fait du pied à François B. devant tout le monde, mais ce françois là ne sait sur quel pied danser. François M. se retourne dans sa tombe, François H. se deman,de ce qui sent le roussi comme ça. La France dit " non merci, pas ce soir, je suis pas prête" à Ségolène. Ségolène propose à François H. d'aller se faire voir chez les grecques.


Si certains points manquent de précision, mon service d'ordre se fera une joie de vous éclaircir les idées.

Commenter cet article

Cartman 27/06/2007 23:02

t'as oublié de dire qu'on mouille le maillot, mais que il faut pas s'enflammer parce que ya encore des matchs difficiles qui nous attendent et qu'il faut pas croire qu'on est arrivés.

le-grand-guide-supr�me 27/06/2007 21:29

Camarade Cartman,
t'as qu'à l'inviter sur le blog, ton amie majuscule !

Je crois que les filles qui ne sont pas attirées par la gente masculine sont, dans le fond, des femmes qui n'ont pas encore rencontré Miteny.

Je ne crois pas à ma gloire personn-elle serait injuste : c'est tout un groupe qui gagne ensemble, qui perd ensemble. Je ne serais rien sans mon équipe, le collectif blablabla. (tout rapport avec le discours d'après match d'un footballeur moyen serait fort fortuit).

Cartman 27/06/2007 15:21

oh mais non mais non...
mon amie est vraiment une AMIE.
De plus ...comment dirais-je...elle n'est pas attirée vers la gente masculine (ok?)

Donc, point d'ambiguité entre elle et moi.
La gloire t'attend et tu fais déjà parti (dans son esprit) des valeureux, des éclairés, des érudits qui l'abreuvent de leur fiole.
Moi, je ne resterais à ses yeux que le simple très bon pote qui accepte d'aller au resto avec elle à condition de payer la douloureuse,
ET
qui à l'immense privilège d'avoir pour lectures des textes bien enjolivés, pour l'instant anonymes

le-grand-guide-supr�me 27/06/2007 14:47

C'est fort flatteur,
c'est très joliment dit,
c'est plein de pétales de roses qui viennent faire rougir mon front,
c'est enrobé de comparaisons roulées comme Emmanuelle Béart...

mais tu remarqueras que si c'est toi qui branches la fille à la fin, c'est pas moral moral, camarade !

(surtout que ça altère tes performances cyclistes, et que mon véo est crevé)

Cartman 26/06/2007 20:41

Plus je lis ce texte, plus je le trouve bon. Il est à ce blog, ce que l'origine de Dark Vador est à Star Wars. Il est à la pertinence, ce que Guy Roux est au terroir. Il est à l'humour, ce que l'EPO est à Richard virenque. Il est comme le cochonet à la pétanque, comme Georges Marchais au parti communiste, comme le Rainbow Warrior à Mitterand, comme Elizabeth Teyssier à Télé 7 jours : un must.
Aussi, cet après midi, je l'ai copiè en intégralité et collé dans un message electronique appelé mail, que j'ai aussitôt envoyé à une amie très chère dont le carnet d'adresse est aussi épais qu'un double kebab coincé entre 2 maxi cheese.
Elle a A-DO-RE et m'a félicité de connaître un auteur ausi drôle et judicieux.
Mon cher GGS, à l'heure qu'il est ton texte a du faire plusieurs fois le tour du monde. Je pense que la gloire et la célebrite vont venir frapper à ta porte sitôt le soleir levé.
Mes hommages.