Pour ou contre le bonheur ?

Publié le par grand guide suprème

Bon, le bonheur, si on fait un microtrottoir, ça ne fait pas trop débat : les gens sont pour. Et la mort, ils sont contre, et la guerre c'est pas beau. Et l'écologie, c'est beau, et polluer c'est pas chouette et mieux vaut être en bonne santé ma petite dame. 

Oui, mais encore ?

Insensible aux dangers, je pose la question: 

quand tu es malheureux (exemple: Damien Traille quand il vient d'encaisser comme un con le 1er essai contre les anglais et que le mec qui vient de l'écrabouiller dans l'en-but lui tapote la tête pour le réconforter, et l'enterrer du même coup dans son camp), qu'est ce qui peut se passer ? Et bien soit tu continues à être malheureux ( tu as l'habitude, c'est comme avoir froid quand tu es né en Sibérie), soit ça change, et là c'est formidable ! (exemple: imagine un joueur du PSG qui gagne. Oui, je sais, il faut un effort important d'abstraction).

Si tu es heureux, que peut-il t'arriver ? Tu peux continuer à être heureux (ex: tu t'appelles Jk Rowling, tu écris Harry Potter, ça se vend à la pelle encore plus que des bières un soir de match), et tu ne t'en rends même pas compte ! Tu vas même gueuler parce qu'il n'y a plus de bière, ou parce que l'élue de ton coeur a encore perdu les clés de la caisse.
Sinon, il peut t'arriver que ce bonheur cesse. Et là, tu regretteras, tu te diras "ahlalal, mais j'étais si heureux, là, et je ne m'en rendais même pas compte !". Avec un peu de bol, tu rencontreras un messie bien, genre Miteny, qui te prouvera que dieu existe vu que 1+1 = la tête à villepin et te fera 1er ministre à titre préventif, mais c'est pas pareil.

Le grand philosophe dont j'ai oublié le nom et qui n'était autre que le père de Déborah (authentique) a dit un soir où on mangeait son pain sous son toit en draguant sa fille :

            "Quand on est heureux, il  faudrait mourir".

Publié dans Pour ou contre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

grand guide suprème 03/11/2007 10:39

Mais celui qui a vu, vraiment vu, Déborah à l'âge d'or, il y a effectivement quelques années, pourrait la reconnaître n'importe où, même dans un épisode de X-Files, avec 15 ans de plus, 6 gosses et les cheveux teints en vert, poussant un caddie auchan dans les rayons de la mort !

Guillaume 02/11/2007 14:34

Déborah à la télé ? Mais comment tu peux la reconnaitre, Miteny, ca fait 15 ans que tu ne l'as pas vu.. Si, si, 15 ans !!

A moins que tu ne caches des choses !!!

bobby 02/11/2007 08:22

c'est exactement à cela que je pensais ,un mur en peau de poisson qui se detruirait jusqu'à la fin des temps ,voire meme plus ; ce mur serait le pilier d'une maison en pain d'epice tres concepetuelle (je n'entre pas dans les details car je ne les connais pas )
cette maison contient un dragon en rocher suchard et smarties ,le tout dans une ambiance erotique à cause du string mangeable du dragon ,qui en fait est une dragonne tres bien roulée et qui de profil ressemble à adrianna karembeu et de dos à robert castel mais çà c'est la sexualité des dragons (encore une fois je n'entre pas dans les details car c'est la place du diable ...)

grand guide suprème 01/11/2007 12:22

C'est très beau, ce que tu dis là, Bobby. C'est poétique, tellement que c'est bien foutu, surtout le machin sur le mur écaillé de la vie. Encore qu'un mur écaillé.... Du lait écaillé, ok, mais un mur ? Un mur en peau de poisson qui se désagrègerait, tu veux dire ?

bobby 30/10/2007 22:03

balavoine disait qu'il fallait mourir malheureux mais il n'etait aussi philosophe que le pere de deborah ....
renaud ,entre deux ricards et un drapeau en haut du mont ventoux ,disait lui qu'on reconnait le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va ...
nos amis les utilitaristes avaient eux aussi leur definition du bonheur avec une belle equation du second degré qui expliquait par a+b que c valait mieux que d et surtout qu'il lavait plus blanc ....
le bonheur est l'ombre portée de la nostalgie sur le mur ecaillé de notre existence .....