69 Presque mort d'un non commis voyageur

Publié le par prof

 

 

 

 

          Quand Sherpa et sa troupe s'étaient pointé en bas de l'immeuble, là où le frigo était tombé comme un Christ des banquises sur son chemin de croix, la foule des manifestants s'était ouverte et Sherpa avait croisé le regard du Mak, agenouillé aux pieds du corps mollement inanimé de moi-même. Plein de larmes, le regard du Mak. « Cet enculé va emporter avec lui sa recette du tiramisu aux crevettes », larmoya-t-il.

« - Tu pleures du sang ? » demanda Sherpa.

- Non, c'est quand l'autre naze s'est pris le frigo sur le coin de la gueule, ça m'a tout éclaboussé. Je ferai une note de frais chez le teinturier, c'était un pull presque propre.

- Non, Prof, tu n'es pas mort pour rien ! » La voix de Sherpa chevrotait un peu. Le vent faisait trembler ses cheveux et le temps sa voix. Il préparait mon homélie quand tout à coup....

« - IL RESPIRE !!!!! Il respire !!

- Merde alors !! … Faut que je lui rende ses pompes alors ?

- Je sais pas, il a l'air mal en point, mais il est vivant ! Fiat lux !!! Ecce homo !!!!

- Oui, enfin, c'est pas Lazare quand même, chef  ! C'est juste qu'il était pas mort... Sinon, je lui ai fait un coup de bouche à bouche avant que tu te pointes, au cas où, du coup c'était pas juste de la nécrophilie....» Là, j'ouvris un œil. Sherpa me regarda fixement et ferma ses yeux. Je l'imitai, sans trop comprendre. Il m'ausculta ou fit mine de le faire, je ne pouvais pas savoir, j'avais les yeux fermés de l'intérieur.


              J'avais juste eu le temps de voir, derrière la foule des manifestants, la petite Maddy qui trépignait, la grande qui la retenait, Serginette qui dansait une drôle de tango avec Bobby, genre Pinochet enlaçant Allende vers 1973, Raymondo Menech causant avec un gars qui ressemblait à Thierry Roland et enfin Mamie Jacqueline qui faisait des grands signes comme sur le lac de la forêt de Montgeon dans le dos de Serginette, à destination de Bobby apparement.

«- Il a besoin d'une greffe ! Son foie a été perforé !!! On va le conserver au frais !

- On pourrait le mettre dans le frigo ...

- Excellente idée, le Mak !! » Sherpa ouvrit le frigo. « Mais on dirait le métro aux heures pointues, ce frigo ! Qu'est ce qu'ils foutent là-dedans, tous ces cons ?! Oho, debout là-dedans !!! Putain, j'y crois pas, y en a pas un qui bouge la queue d'un sourcil !!! Barrez vous, faites de la place !

- Y a Manu, y a le Bill Poulidor aussi !!!! Et puis y a Nathalie !!! C'est quoi ce travail ?

- On met Prof au frais, ils vont se tenir froid. On dirait qu'ils sont tous vivants.... Le premier qui se réveille, il va falloir qu'il s'explique !!! C'est pas le moment de pioncer !

- Je prends le frigo sur le dos, et on trace, Chef ? C'est con, ça lui faisait une belle mort, à Prof. Mourir au milieu d'une manif, dans son élément, c'était naturel comme la mort de Molière, ou Tabarly ou Marc-Vivien Foé....

- Attends, chaton, faut que je m'adresse à la foule. » Sherpa se retourna, jaugea d'un œil expert la situation et s'éclaircit la voix d'un toussotement maladif.


 

« Les gars !!! Le type qui gît à vos pieds est un héros. » La foule fit « oh », incrédule et remontée comme une pendule. « Ce gars était un héros, que je vous dis  !!!! Il venait vous ôter vos chaînes ! L'accident qui vient de lui arriver est peut-être même un assassinat ! On a cherché à le faire taire !! Il y a des traîtres parmi vous !!! » La foule fit « oh », la foule n'a pas honte de se répéter.

« Et le premier des traîtres, c'est votre chef à tous, c'est Lucifer !!! » La foule fit « Ouhhhhhhhhh ! » comme une grosse vague pleine d'écume et eut l'air furax d'un seul coup, que le Mak s'apprêtait à prendre dans l'estomac. Seb regarda son chef d'un air inquiet. Dans un coin, un démon remarqua pourtant : « C'est vrai que le petit maigrichon a dit quelque chose comme ça juste avant de prendre le frigo sur la goule, mais ça prouve rien...  .

- Et vous imaginez que c'est une coïncidence ? Je vais moi-même me reculer un peu au cas où les traîtres auraient autre chose à jeter », reprit Sherpa en se mettant en scène, pataugeant dans le sang et en profitant pour se rapprocher de ses potes et s'éloigner un peu des démons, au cas où. « Dans sa poche, ce brave (c'était moi, le brave!!!) avait une lettre. Une lettre désormais ensanglantée !! Je vous en donne lecture ». Sherpa jouait un peu son va-tout, il sortait le grand jeu et les mots du dimanche. « Cher Dieu, je suis désolé pour les erreurs du passé. Est ce que si je reviens, tu annules tout ? J'aimerais tant être un ange dédéchu, j'aurais dû pas choir, je m'en veux je m'en veux je m'en veux, en plus les démons c'est des cons, ça pue les pieds. En enfer, il fait trop chaud. S'il te plaît, reprends moi !!! Je jure de plus vouloir prendre ta place, j'ai mûri, je serai l'ombre de ton ombre, l'ombre de ton chien, je serai le tabouret sur lequel s'assoit ton comptable. Signé …. » Sherpa laissa le suspens haleter la respiration de son public. « Signé Lucifer !!! Lucifer, celui qui voulait porter la lumière, et pas supporter les gangsters et les supporters ! ». La foule resta bête, muette et stupéfaite. Puis la foule ne fut plus qu'un cri, guttural comme un verre d'Aquavit. La chasse au diable était ouverte.

 

 

                Il faut dire au lecteur qui cherche à retrouver son latin qu'avant d'arriver sur les lieux de l'accident, Sherpa avait pris Bobby entre quatre yeux et par les couilles.

«- Tout t'accuse, Bobby. Du tandem avec le diable.... Tu pouvais guère faire pire, à part des sudokus avec Cahuzac. Tu sais ce qu'on fait aux traîtres, dans l'organisation. Alors balance moi très vite une info béton, un truc crucial. Parce qu'il y a que ça qui pourrait te sauver de la grande baignade avec des pompes en ciment. »

Bobby soupira, blêmit, et dit dans un souffle : « Les apparences sont contre moi, mais j'ai pas retourné ma veste, chef.

- Vite, Bobby, j'entends la bétonneuse qui gémit.

- Je crois que Florian Radius est en cheville avec Lucifer », lâcha Bobby dans un souffle qui pouvait être le dernier. « Je ne sais pas trop pourquoi, j'ai pas bien entendu sur le vélo, Lucifer a reçu un coup de fil, j'étais tout occupé à pédaler et puis il y a la chaîne qui grinçait. »

Sherpa sourit et dans un éclair il alla voir Serginette. « Florian Radius est dans le coup, t'avais tout bon, ma poule....

- Tu sais bien que dans « Serginette », il y a RG. Et rien à voir avec Moulinsart... On fait quoi ?

- On va tendre un piège pour faire venir Radius. Et le ver de terre au bout de l'hameçon, ça sera Prof.

- Un ver de terre avec des lunettes ? Ça peut marcher, le Radius c'est pas un gars de la campagne... »

 

                 Une fois le cortège des démons et des compagnons de Sherpa mis en branle, Serginette alla titiller la science de son génie de mari. « Et là, il se passe quoi, Charles ?

- Tout simple, c'est du billard à 8 bandes. La boule noire, c'est le foie magique. La boule blanche, c'est Prof. Et la queue, c'est ma tête. D'un côté, Radius doit déjà être au courant que son fils est mourant, et de l'autre côté, Lucifer a dû lui faire savoir qu'il avait des soucis. Donc Radius va se pointer perso. Et si je vois juste.... Il va vouloir faire d'une pierre deux coups, et greffer le foie magique à son fiston pour en faire une sorte de Jésus du côté obscur. C'est là qu'on intervient et qu'on embarque tout le monde au poste ou qu'on les descend tous, faut voir. Ça dépend de combien il me reste de balles dans mon chargeur. »

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article