Alice au pays des clearstreams

Publié le par bobby

A peine avait-il passé la porte qu’Eurepécologie  avait faussé compagnie à Sherpa et Mémé Jacqueline .a présent ,il gambadait joyeusement au milieu de la faune éclectique ,remuant la queue à l’instar de pas mal d’invités en mal de partie de billard .Certes ,il conservait un œil rivé sur Sherpa ,histoire de garder le contact visuel avec sa cible ,comme lorsqu’il était au 8e corp ,mais il profitait également pleinement de l’instant ; carpe diem ,la fameuse sentence stoïcienne, lui allait comme un étui pénien papou .Depuis le début de son infiltration au sein de la cellule Jaurès ,ses soirées étaient d’un ennui mortel ,Sherpa étant plus casanier qu’un ascète gnostique .Seules les rares visites de mémé Jacqueline éclairaient les longues soirées d’hiver plus intensément que la vieille lampe branchée en série sur une vieille dynamo rouillée .Evidemment ,il savait pourquoi il faisait ce sacrifice ,le souvenir encore vif du Rainbow Warrior en flamme ravivait des blessures douloureuses encore béantes et qui ne cicatriseraient jamais tant que l’œuvre de Sherpa ne serait pas méthodiquement détruite et que ce dernier ne serait pas ,lui aussi, proprement mis hors d’état de nuire et si possible en se tordant de douleur dans un brasier de flamme allumée grâce à cette putain de dynamo dont il faisait tant de cauchemars .C’est donc au cours de cette petite escapade qu’Europécologie tomba sur Déborah entre un plateau de petits fours délicieusement chimiques et un simulacre réussi de copulation entre un nain hypophysaire et une championne de basket-ball à la façon d’un ready-made de Marcel Duchamp .La discussion s’engagea à l’abri des regards indiscrets ,les deux compères se dissimulant dans un recoin de la salle :

«  Qu’est ce que tu fais ici ,je croyais t’avoir dit de filer Bobby ? »

_ Regarde là-bas ,dit-elle en pointant du doigt la scène de ménage à laquelle Dorothé conviait l’assistance avec sa discrétion légendaire .

_ Que fait-il là ,c’est une soirée spéciale comment a-t-il fait pour rentrer ?

_ Il avait une carte de l’UMP .Pour le reste ,j’en sais fichtre rien .Il voulait qu’on vienne ici parce qu’il y a un truc important dont il a besoin ou je ne sais quoi à faire qu’on a pas pu faire ailleurs et c’est pas faute d’avoir essayer … C’est assez flou son histoire ,en fait .On dirait un scénario de série Z avec des longueurs …

_ Bobby ne fait rien par hasard ,Déborah ! Si il est venu ici ,c’est qu’il avait  une raison précise ,raison que l’on se doit découvrir .Ne sous-estime jamais des mecs comme lui ! sinon tu finiras dans un sac poubelle avant d’avoir remis ton string à l’endroit …

Déborah hocha la tête en signe d’acceptation ,elle aurait eu une bourqa sous la main qu’elle l’aurait enfilé plus vite qu’elle ôtait son string habituellement et poursuivit :

« Donc je continue à lui filer le train et à jouer les godiches ? »

_ En gros ,oui … et en petit aussi … et avec des rayures itou …

_ Et si je découvre ce qu’il traficote ?

_ Tu me contactes de la façon habituelle en lançant les trois pigeons voyageurs que tu as dans le talon gauche de ton escarpin .Moi ,de mon côté ,je file Sherpa et je contacte Danette the green lantern .

Déborah allait retrouver Bobby lorsqu’elle s’arrêta nette et dit avant de partir :

« Vous m’avez promis la tête du mak sur un plateau d’argent avec du persil dans les narines et quelque chose d’extrèmement contendant dans le rectum .J’applique  vos instructions à la lettre ,comme un académicien fétichiste et je ne discute pas les ordres dans l’unique objectif de régler mes comptes avec cet enfoiré .Vos histoires personnelles ou vos projets politiques ,je m’en contrefiche comme de ma première Jackov party  .Moi ce que je veux c’est le mak ,je veux qu’il crève en souffrant autant qu’il nous a fait souffrir …

Europécologie regarda Déborah écumante de rage et poursuivit :

_ Je sais que t’a morflé en Sierra Leone et je sais que c’était pas beau à voir ,tout était dans ton dossier et c’est pour cela que je t’ai choisi .Tu ne me lâcheras pas comme un Ciani qui panique ,t’en voudras jusqu’au bout ,t’iras en finale parce que tu sais ce que tu veux ,tu bosses pas pour le cash mais tu as un idéal et c’est ce qui me plaît en toi ,avec tes seins évidemment .Tu as ma parole que dès qu’on a plus besoin du mak ,il est à toi .T’en feras ce que tu veux et j’aimerais pas être à sa place …

Europécologie réprima un frisson d’horreur en pensant à la furie qui s’emparait du regard de Déborah à chaque fois qu’elle prononçait le nom du Mak .

Il se séparèrent Déborah rejoignant Bobby dont la dispute tournait au vinaigre et Europécologie poursuivant sa ballade de la mère salée entre les mères macquerelles et les pères poivrots .Tout à coup ,un gros lapin blanc sortit des chiottes avec un regard à décorner les bœufs et à étaler Leboeuf sur corner puis l’instant d’après il fut pris dans le tourbillon d’une foule hystérique scandant le nom de Rougy Vacances ,l’idole des jeunes de plus de soixante ans passé .Ecrasé ,compressé et piétiné contre les corps siliconés et avinés en pleine transe ,il parvint tout de même à atteindre un îlot de relative tranquillité ,au prix de quelques coups de lattes bien sentis et de quelques coups de crocs bien placés .Il fut donc aux premières loges pour voir le cadavre de Besson et son ostentatoire mise en scène .

 

 

Il ne fallut pas beaucoup de temps aux flics pour débarquer à la sauterie et pour boucler le périmètre .Les contrôles d’identités plurent sur l’assemblée comme les criquets sur les plaies de l’Egypte antique et les gardes à vue tombèrent un peu à l’aveuglette comme de coutume .Au beau milieu de ce bordel insondable ,un homme à l’imperméable élimé et à l’œil scrutateur ,comtemplaît le spectacle tel Néron lors de l’incendie de Rome .C’était l’inspecteur Maigrelet .A ses côtés ,son fidèle ami ,le docteur Mabuse prenait déjà des notes sur ses habituels calepins en peau de chamoix .L’inspecteur lui dit : 

« 7 millions d’années d’évolution  pour en arrivée à çà ,mon cher Mabuse ,vous conviendrez que c’est assez pathétique … « 

_ oui ,confirma le doc

_ Par moment ,je ne sais pas pourquoi je continue à croire dans  l’humanité ,fallait-il que nous sortions de l’eau ,que nous descendions des arbres et que nous inventions le feu pour finir avec une seringue dans le bras et un gode dans le cul …

_ Vous ne pensez pas qu’on pourrait se mettre au boulot ,inspecteur ,parce que là si c’est pour faire de la métaphysique à deux balles autant lire du Badiou !

L’inspecteur Maigrelet fronça les sourcils en signe de réprobation puis les desserra en signe d ‘approbation puis cligna alternativement des deux yeux communiquant avec le doc en morse .Le doc éclata de rire et s’exclama : »Décidément vous n’en ratez pas une ,mon ami ! »

Les deux hommes plongèrent dans la foule à la manière d’un Jacques Mayol dans la scène de fin du grand bleu .Plantés devant le cadavre encore chaud du ministre de l’identité nationale ,Maigrelet sortit sa pipe et tira une bonne bouffée ,il se tourna vers son ami et lui dit :

« Vu les lividités cadavériques inexistantes ,le bougre est mort depuis peu .Je dirais 12 minutes et 22 secondes à la louche . »

_ Regardez mon ami ,un œuf de mouche du vinaigre est collé sur son cil gauche .Cela signifie de manière pathognomonique qu’on est plus proche des 12 minutes … ,renchérit le doc

_ Enfin ,les lacérations et les touffes de poil sur son torse signifient soit qu’il vient de faire l’amour avec une femme-cougard ,soit qu’il a été tué par un animal sauvage …

_ Un animal sauvage ! et pourquoi un ptérodactyle ,Maigrelet vous n’avez rien d’une Adèle blanc-sec …

_ Certes je ne suis pas aussi bien roulé mais je suis de mon coup ,il a été zigouillé par une bête sauvage ou je ne m ‘appelle plus Maigrelet

_ Vous savez bien que Maigrelet est votre nom de scène … ,tempéra le doc

_ Le diable vit dans les détails ,mon cher Mabuse .Et cette affaire fourmille de détails comme une note de frais de sénateur …

_ Vous ne pensez pas que ce meurtre a un rapport avec la mort de Seguin ?

_ Je ne le pense pas mais j’en suis sûr ,aussi sûr que 2 et 2 font 4 ,4 et 4 font 8 et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps …

_ Cette affaire prend un tour politique qui n’est pas sans me déplaire mais qui augure une période de turbulence dont vous ne raffolez pas ,glissa le doc

C’est alors qu’une demi-douzaine d’hommes en costard noir ,lunette noires et oreillettes entourèrent l’élite de la police française .L’un deux s’avança et leur dit :

« Messieurs ,veuillez nous suivre dans le petit bureau .A partir de maintenant vous êtes soumis au secret défense « 

 

 

 

 

 

 

 

Encore excité par son acte cathartique ,Georges sentait l’adrénaline inondé ses veines avec cette même agréable sensation d’amok que lui procurait un shoot d’héroïne au revers des paupières ; d’autant plus qu’aux enfers ,il n’avait pas des seringues de premier communiant .On savais vivre là-bas .Il savourait l’acte comme un sérial killer qui reprendrait deux fois de la tarte aux fraises .Tout à coup ,une chanson zébra le silence de son bonheur ,le ramenant à la triste réalité .

« Ce matin ,un lapin a tué un chasseur … » .C’était la sonnerie de  son portable ,il décrocha :

« Oui ,c’est moi qu’est-ce qu’il y a de si important pour me déranger à cette heure-ci ? »

_ Georges ,c’est toi ?

_ Non ,c’est la reine d’Angleterre qui étrangle des lapins dans les toilettes publics !

_ Euh ,excusez-moi majesté ,je voulais juste appeler mon boss …

_ Pauvre con ,c’est moi ! Tu la craches ta valda ou on couche là …

_ Boss ,on a un M-52 dans les pattes …

_ un M-52 ?

_ Oui .Pourtant j’avais tout vérifié la semaine dernière ,tout était OK .Mais là ,maintenant c’est plus vraiment OK ou alors on vient subitement de changer la définition du mot « OK » …

_ Faut vraiment que je fasses tout moi-même ,je ne peux pas m’absenter 5 minutes sans que vous ne fassiez une connerie .C’est quand même pas compliqué ,bordel , il n’y a qu’ à surveiller les zones de l’espace-temps pour Qu’ils ne prennent pas au cul .Si vous voyez que çà brûle ,vous les retirer du feu .Il est ou le problème ?

_ C’est pas notre faute ,boss .

_ C’est de la mienne ,peut être ?

Il y eut un petit silence puis la conversation reprit

« Pour l’instant ,je peux pas revenir donc vous appliquez la procédure classique .Vous coupez le gaz ,vous versez le contenu de la casserole dans un grand bol et vous réservez au frais .Moi ,je finis mon truc que j’ai à faire et je viens vous sortir de la merde ,comme d’hab … »

_ Boss ,je crois que c’est ELLE qui est à l’origine du M-52 ,expliqua la voix au bout du fil .Je crois a foutu le gaz à fond pendant qu’on était à l’apéro …

_ Elle ne me lâchera donc jamais la grappe ,cette salope s’emporta Georges

Il raccrocha et ouvrit la porte des chiottes .Décidément ,même le meurtre ne lui faisait plus l’effet d’antan ,tout se perdait .Il avait suffit d’entendre parler d’elle pour lui foutre les nerfs .

Dans la salle ,une clameur montait comme le râle sourd d’une bête imonde blessée au flanc et qui cherche à sortir de l’inconscient du cerveau humain .On sentait la bestialité emplir l’air ,on en recrachait presque les poils en se raclant la gorge .C’est alors qu’il l’a vit ,son regard devint noir comme la figure de prou du Flying Duck .Sa rage explosa figeant la foule instantanément .Il traversa la forêt de statue humaine en trombe et vint se planter devant Mémé Jacqueline .

« Tu m’as encore fait un gosse dans le dos ,vieille salope ! »

Mémé Jacqueline souriait .

_ Qu’est-ce qu’il te prend de me coller un M-52 dans les pattes ,tu crois que j’ai que cela à foutre que de raccommoder l’espace-temps pendant que toi tu le détricotes !

_ J’ai mes raisons et je t’emmerde ,mon lapin …

_ Non ,mais tu sais à qui tu parles ,vieilles peau !

_ A mon ex-mari ,pardi !

_ Ton ex-mari peut être mais ton ex-mari qui est maître du temps et qui en a vraiment plein les couilles de tes conneries !

_ Et alors ,petit lapin prétencieux ,moi aussi je bidouille l’espace-temps et je ne me la pète pas !

_ Voilà la différence entre toi et moi ,tu bidouilles l’espace-temps alors que moi je suis en quelques sortes un artistes du vortex spatio-temporel ,un esthète de la flèche du temps .Je suis le Picasso des minutes pendant que toi tu gribouilles les secondes .De par notre union ,tu as récupéré une vague manie mais je t’en conjure arrête de jouer avec le temps ,c’est pas un jeu ! En tout les cas ,c’est pas ton jeu ,c’est le mien .Toi ,tu retournes à ton coup de rein et tu me débarrasses le plancher ,fissa …

_ Mais moi je trouve çà drôle de créer des paradoxes temporels …

_ Elle trouve çà drôle ! ,fustigea Georges

_ C’est plus drôle que d’être marié à un lapin avec une queue ridicule …

Georges bouillait comme le popocatepelt sur la case mot compte triple du scrabble .

« Qui est-ce que tu as balancé dans la faille temporelle ? »

_ un ami à moi ,mon mentor en quelque sorte …

_ C’est le macro pour lequel tu m’as quitté ?

_ JOKER !

_ C’est donc cette petite raclure de chiotte qui fout le bordel dans mon espace-temps à moi ! Tu sais que je vais aller de ce pas lui régler son compte façon distorsion temporelle et vieillissement accéléré …

_ Je sais mais tu  arriveras trop tard .Ils seront 70 et tu l’auras dans le cul ,lulu …

_ Et alors ?

_ Et bien je recommencerais en créant 70 vortex ,pour qu’ils soient 4900 et ainsi de suite jusqu’à 11000 !

_ 11000 ?

_ 11000 verges dardantes dans le soleil du désir ,hurla Mémé Jacqueline  .Ils me feront l’amour aux quatre coins des enfers et même dans tes champs de carottes !

Georges était ivre de rage .Il n’y avait que Mémé Jacqueline pour le foutre en rogne comme çà .Elle le savait et prenait un malin plaisir à lui en faire baver .Leur vie à deux avait été un pur calvaire ponctué par-ci par-là de souffrance intense et leur séparation fut une délivrance mais Mémé Jacqueline avait réussi à le transformer en profondeur ,elle était parvenu à le rendre accro à cette forme d’amour dans laquel Eros et Thanatos sont sur un bateau pourris avec chacun un couteau à cran d’arrêt et une bonne raison de s’en servir .

Lorsque la foule reprit ses cris de liesse ,Georges avait disparu et Mémé Jacqueline fit un clin d’œil à Bobby en pleine querelle avec son ex-femme .Elle savait qu’elle venait de lui sauver la mise ,en renvoyant Georges aux enfers ,il ne croiserait pas la route de Bobby ni de sa mégère d’ex-bonne femme .Evidemment dette diversion aurait un coût .

 

 

 

Le coup du cadavre de Besson avait jeté un froid mais la descente de flic était parvenu a pétrifié l’atmosphère .Ma dispute avec Dorothé m’avait épuisé ,d’autant plus que je n’était pas vraiment près à me la coltiner .Je cherchais du regard un signe du destin ,un panneau qui m’indiquerait la direction du Paradis .Hélas ,je ne voyais rien .Déborah était toujours avec moi comme un morpion sur une testicule et j’attendais le bon moment pour la larguer dans un coin .Là ou j’allais ,je n’avais certainement pas besoin de surveiller ses miches en plus de sauver mes fesses .Mémé Jacqueline me fit un clin d’œil et je décidai d ‘aller la voir ainsi que Sherpa lorsque je sentis une main sur mon épaule .

« Bobby ,je m’appelle Mimisicu . »

_ Ravi de le savoir mais j’en rien à cirer

_ Tatayoyo m’envoie

_ De plus en plus chiant ,ton histoire …

_ Il sait comment se rendre à ce que vous appelez le Paradis

_ Et c’est pour çà que tu t’es déguisé en indien d’amazonie ,c’est pour être crédible ?

_ L’habit ne fait pas le moine mais le manu si !

_ C’est une charade ,c’est un truc à la Dan Brown ?

_ Non ,c’est un proverbe …

_ Comment je fais alors pour aller au Paradis .T’as un autre proverbe qui me l’explique ou te pose carte sur table !

_ Tu dois retrouver mon cousin ,Tatayoyo au Brésil .Lui ,il te montrera .

_ C’est vrai que je n’avais pas pensé à aller au Brésil ! C’était pourtant evident ! Moi ,je pensais qu’il y avait un bus ou une connerie comme çà ,un mirroir à la limite …

_ Le Brésil est ton salut

_ Ok mais j’y vais comment ?

_ Tu veux pas que je te paie le billet d’avion en class affair ,en plus !

_ Tu sais ,la cellule Jaurès çà eu payé mais çà paye plus … Je suis fauché comme les blés et mes gosses dorment dans le coffre de la bagnole de mon ex-femme …

_ Demain ,le tsar Cosy part pour un voyage d’affaire au Brésil .Il va rencontrer bibaleu lulla ,le président brésilien ,un ex-cheminot qui ne s’est pas mis une balle dans la tête …

_ Fais gaffe à ce que tu dis sur Béré … T’as beau être déguisé ,j ‘ hésiterais pas à te foutre sur la gueule …

_ Le tsar Cosy est dans le petit bureau du fond vers lequel les mecs en noirs et les deux flics se dirigent .Débrouille-toi comme tu veux mais le temps presse et c’est ta meilleure chance pour le brésil …

_ Et au brésil ,je le trouve où ton cousin ? c’est grand le brésil ,non …

_ Il vit dans une réserve de Jivaros près de Manaus : les Jivaros sauvages bed and breakfast . Il y a des brochures à l’office du tourisme ,c’est aussi facile à trouver que le clitoris d’Emmanuelle dans un couloir sombre …

Ni une ,ni deux je contournais la foule ,Déborah était toujours sur mes talons et je n’avais pas le temps de lui fausser compagnie .J’étais à quelques centimètres d’un des mecs en noirs de la DST et en moins de temps qu’il en faut pour dire moussaka ,je me transformais en spécialité grecque ,ce qui, vu l’ambiance de la soirée était plus que risqué .Je me retrouvais avec Déborah ,collé-serré dans la poche du veston de l’agent spécial .C’est comme çà qu’on est entré incognito dans le petit bureau .

Publié dans Tranche d'exraits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article