Clearstream and lights ,papapapapapa

Publié le par Bobby

Lorsqu'il arriva au commissariat, l'inspecteur maigrelet fut surpris du silence de  cathédrale qui règnait dans la salle commune. Tout le monde était hyperconcentré, la France au boulot était belle à voir, comme un programme du MEDEF gravé dans la roche du mont Pélerin. Seul, dans son coin, assis derrière son bureau et le nez plongé dans un océan de paperasse dont seule l'administration française avait le secret, watson, tel un d'aboville du formulaire, maintenait le cap de la frêle esquiffe policière malgré le sous effectif structurelle d'une politique de rigueur à courte vue. Maigrelet appréciait la pugnacité de son second, son côté idéaliste et sa morale irréprochable. Décidemment, il aurait fait un bon membre de l'URSSAF . Maigrelet se planta devant lui et se râcla la gorge afin d'attirer son attention de manière subtile. Watson leva les yeux et fronça les sourcils d'une manière vaguement interrogative. A la vue de son supérieur, il se releva sur sa chaise et enchaîna :
«- Chef, vous allez être content de nous, on a bien avancé sur l'affaire du tueur en série, vous savez celui qui massacre les membres de l'UMP  ?
- Tu crois vraiment que quelques jours d'absence m'ont fait oublier cette sordide histoire, répondit Maigrelet »
«- Pas du tout, reprit watson, c'était juste histoire de recontextualiser l'affaire, de vous re-situer le pourquoi du comment même si nous n'avons pas encore tout à fait ni l'un ni l'autre.
- bon alors, qu'avez-vous trouvé  ? Vous avez un profil, un portrait-robot ou même un vague autoportrait à la gorge tranchée.
- Rien de tout cela, hélas, mais on a des touffes de poils  !
- des poils  ! , s'égosilla maigrelet, notre tueur aurait oublié de se faire le maillot  ?
- La brigade scientifique est formelle, ce sont les mêmes poils sur toutes les scènes de crime. Le plus troublant c'est que ces poils sont ceux d'un canidé, bizarre, non  ?
 
Joignant le geste à la parole, watson tendit à maigrelet un petit sachet transparent contenant les fameuses preuves, brunes et drues comme du crin de cheval. Maigrelet s'en empara aussi fermement qu'on vide un camp de roms et soupesa l'objet. C'est alors qu'il eût une vision. C'était assez rare, mais cela se produisait lorsqu'il était en contact avec des objets contrevenant au code lemoine (surtout aux annexes du 10e chapître celles avec les mots compliquées et les shémas bizarres, vaguement érotiques). Ces poils étaient ceux d'un loup-garou, maigrelet en aurait mis sa main à couper. Mais, en plus, il ressentait en toile de fond l'influence de gérard le diable. Pour maigrelet, cette affaire commençait à sentir le soufre et il y avait trop d'entités surnaturelles au même endroit pour que cette affaire ne se termine pas dans un bain de sang, gérard faisait rarement dans la dentelle et plus souvent dans le maccahbé crâmé. Cependant, à ce moment précis, maigrelet continua, comme si de rien était, attendant de voir à quelles conclusions en étaient arrivées watson. Il donna le change comme un banquier manipulant l'EURIBOR.
 
«- donc, on a bien affaire à un seul tueur, un psychopathe, c'est pas une information qu'on avait déjà çà ? Un tueur poilu comme un ours, peut être, un tueur velu comme un acteur porno des années 70, genre "emmanuelle, le yéti et la boule disco" ou bien un tueur qui se balade avec son chien, c'est possible, non.
- En fait, on se doutait un peu pour l'unicité du psychopathe à cause de la victimologie, du mode opératoire décousu et ritualisé dans les grandes lignes. Maintenant, nous sommes sûrs que cet enfoiré de tueur a, en plus,un chien avec lui, sur les scènes de crime, çà ne doit pas passer inapeçu un tueur sanguinaire mais avec un chien en laisse et un sac à crotte.
 
Maigrelet acquiesça en pensant que décidemment, les mortels avaient trop de certitudes  pour appréhender la complexité du monde. Il ajouta :
- et donc qui reste-t-il sur notre liste après ces passionnantes avancées ?
- grosso modo tous les hommes caucasiens entre 25 et 35 ans possèdant un chien. On ne peut pas exclure les chiens errants, les francis holmes de la croquette mais pour eux c'est plus compliqués, il n'existe pas de registre. ...
- donc, si je comprends bien, on refile l'affaire à la fourrière ou à la SPA, et on va prendre une bière chez sergio  ?,blagua maigrelet, parce que là j'ai bien peur que ce soit une victoire à la papyrus comme disait mon grand père égyptien.
 
La sonnerie du téléphone coupa la conversation comme le couteau du psychopathe tranchait les carotides. Watson décrocha. Maigrelet s'était assis sur une chaise pivotante tout droit issue des années 70, qui avait vu passer pas mal de gard'av musclées au vu des accoudoirs usés à la corde. Ses pensées vagabondaient. Il commençait à en avoir ras la casquette de cette fichue zone B-8, fallait toujours qu'ils fassent les malins, qu'ils réinterprètent à leur sauce le code lemoine ou qu'ils y cherchent des failles à exploiter à la manière de conseillers en patrimoine prêt à dessosser le système d'imposition des bisounours. Il avait moins d'emmerdes lorsqu'il gérait les cultes animistes, eux au moins, ils chiaient droit même si après ils se torchaient avec des feuilles de bananiers. Avec les monotheïstes, il y avait toujours une couille dans le pâté. La dernière en date était ce bug spatio-temporelle qui avait bien faillit déborder et se répandre dans les zones adjacentes comme un tsunami relativiste. Tout ce bordel, uniquement parce qu'ils avaient confié la gestion du temps à un lapin incompétent et prétentieux. Dieu devait remettre ses brebis au pas ou bien le conseil suprême allait devoir prendre de sévères sanctions . Le plus troublant dans l'histoire était que ce jésus n'avait pas rempli les formulaires relatifs aux statuts administro-déclaratifs de messie professionnel avec les exonérations de charges, les timbres fiscaux et les jours de carences qui vont avec (et çà depuis 2000 ans). Il avait voulu faire le marle avec le règlement, il allait y avoir un gros retour de bâton, l'URSSAF ne faisait pas de cadeaux aux resquilleurs. Ces connards de la zone B-8 jouaient tellement avec le feu que cela en frisait la pyromanie qui d'habitude préfèrait garder la raie à droite. Watson était toujours en pleine conversation, les emmerdes avaient l'air de voler en escadrille comme avait souligné cet ex-président disparu lors d'un treck dans l'himalaya.
Au début, il n'y prêta pas vraiment attention, absorbé qu'il était, dans ses pensées, mais un reflet sur la table, attira le regard de maigrelet. Posé sur le bureau, gisait un trombonne, échoué entre un double décimètre de premier de la classe et un mille-feuille d'intercalaires multicolores. Le petit bout d'acier normalement immobile, selon les fameuses lois de newton (un gros connard qui avait lui aussi voulu gérer le temps en zone B-8 quelques siècles auparavant tout cela parce qu'il possèdait des notions de mathématique et en alchimie), se mit à onduler lentement. Petit à petit, la mince tige de fer s'étira, délaissant sa forme canonique et antédiluvienne sortie de l'esprit d'on ne sait quel designers maniaco-dépressif pour une ligne droite euclidienne et saine d'esprit. Enfin, une droite, une droite qui serait un peu curviligne. Rectification cela ressemblait, en fait, à une forme vaguement humaine qui aurait de superbes courbes. Les traits de ginette trombonne émergèrent du chaos de ces oscillations strombonnoscopiques et les yeux de la secrétaire de l'URSSAF se plantèrent dans ceux de maigrelet. La situation devait être grave pour que ginette daigne lever le cul de son bureau.
 
"- maigrelet, tu l'imagines bien, la situation est suffisamment grave pour que je vienne jusqu'ici, qui plus est, en utilisant une parenthèse spatio-temporelle. Ne t'inquiète pas à ce sujet pour les demandes d'autorisation, j'ai faxé le truc à robert du bureau 4518, il me devait un service depuis que je lui avait refilé des places VIP pour la coupe de fin du monde de la zone R-23. Mais bon, si je suis là ce n'est pas pour te parler de foot mais de ta juridiction, la zone B-8 clignote comme un sapin de noël  ! Au départ, je pensais que c'était dût au bug spatio-temporel de la dernière fois mais on vient d'envoyer un réparateur agréer là bas et dans un coin des enfers, il aurait repéré la présence d' un artefact. Je me demande s'ils n'ont pas décidé de nous pourrir la vie  ?
- En fait, ginette, au début, je croyais que c'était gérard qui faisait des siennes, j'avais ressenti un loup-garrou faisant des aller-retours pas trop catholiques entre les enfers et le monde réel, expliqua magrius, un loup-garrou, sponsorisé par gérard, et qui nous a mis une merde noire ici. Maintenant si tu me dis qu'il y a un artefact qui se ballade au pandémonium, c'est pas étonnant que ma juridiction soit devenue un vrai technival  !
- un loup-garrou même avec un artefact dans le cul ne pourraient pas créer tout ce bazard en B-8, magrius. Rappelles toi la bête du gévaudan, on avait une toute petite lumière verte qui hoquetait à peine. Là, on est face à un véritable show pyrotechnique, il ne manque plus que rougy vacance et son orchestre, et je réserve le stade de france  !
Personnellement, je pense qu'il se prépare quelque chose de lourd et qu'il vaudrait mieux que tu retournes voir ce qu'ils branlent. ...
- tu crois que c'est plus gros que les conneries du diable et que celles du lapin cumulées ?  Tu penses à l'arrivée d'un nouveau messie ? Je fais encore des cauchemards de l'opération mahomet, et si on est dans le même cas de figure, on n'a pas le cul sorti des ronces, ma cocotte. On a mis 50 piges à rétablir la situation la dernière fois, il a même fallu que le service "storytelling et livres sacré" nous pondent le pitch du coran en moins de 48 heures  ! Moi à cette époque je suis tombé dans l'hydromel de synthèse, j'étais pas beau à voir, tu sais que j'étais à deux doigts de quitter l'URSSAF  ...
- c'est pas pour en remettre une couche, magrius, mais tu sais que ton jésus ne nous a toujours pas renvoyé le fameux formulaire. Lui il se fout de notre gueule dans les grandes largeurs  ! s'écria ginette hystérique, il ne fait pas grand chose pour que çà file droit en B-8 ce gros couillon
- Ce qui m'emmerde c'est que lorsque j'ai voulu voir son père, le lardon m'a fait comprendre que dieu était trop occupé pour me recevoir. Sur le coup, je n'avais encore aucune raison de douter de lui si l'on excepte sa coupe de cheveux négligée. Tu sais que je ne connais aucun messi avec une coiffure qui ne fasse pas cracra. Avec le recul, il semble aussi louche qu'une petite cuillère ambitieuse. ...
 
 
Ginette disparut subitement et le trombonne reprit sa forme, sa place et sa fonction dans le monde farfelu de la papeterie. Maigrelet regarda autours de lui, personne ne s'était rendu compte de sa discussion avec ginette, l'effet de la  parenthèses spatio-temporelle sans doute. Watson venait tout juste de raccrocher :
"- le tsar cosy est mort. On vient de lui coller une balle en pleine tête, lâcha-t-il
- encore notre tueur a la pilosité développée  ? , hasarda maigrelet
- en fait, le tireur était posté sur le toit de l'immeuble d'en face. Une équipe est allée sur place et à relevé une tonne d'indice et une carte d'identité au nom d'un certain sherpa. A priori, le lascars est inconnu des registres de police. On fait une recherche sur lui.
- on a retouvé une touffe de poil  ?
- c'est bien là le problème, patron, ils ont bien retrouvé des poils mais pas des touffes drues et épaisses, comme sur les autres scènes de crime. Là, ils ont retrouvé des petits poils tout fins, vous ne trouvez pas qu'il y a quelque chose de louche  ? ,questionna watson
- peut être que le tueur à changer de chien  ?,répliqua maigrelet
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article