L'histoire sans fin du clearstream perdu

Publié le par bobby

Hé ,poussez vos gros culs du passage .Vous voyez pas que vous gênez tout le monde ! « 

Prof sursauta tandis que le mak détourna lentement le regard .Derrière eux ,s ‘étendait une queue immense comme dans « emmanuelle est très surprise « .Un petit bonhomme se tenait là ,avec une antique valise et un vieux costume rapé qu’il trimbalait l’hiver ,l’été dans le petit matin brumeux .Le mak allait lui foutre sur la gueule dans la pure tradition albanaise mais alors que son poing se crispait légèrement et entamait sa course vengeresse et cathartique ,une autre voix retentit à sa gauche :

_ Baissez-moi donc ce poing vengeur ,monsieur le mak !

 

Décidément il y avait pas mal de mec qui commençait à faire chier le mak avec leurs « faîtes pas ci ,faîtes pas çà « et il y allait y avoir sous peu distribution de mandales gratos …

Prof engagea la conversation de manière affable :

_ Bonjour monsieur ,comme vous l’aurez remarqué ,on est pas du coin .On sait même pas si c’est vraiment un coin d’ailleurs ,vu qu’on vient juste d’éviter de se faire bouffer par un clébard …

_ Je sais tout çà ,dit simplement le mec

_ Vu que vous avez l’air au parfum ,vous pourriez peut être nous dire ou on est .Georges ,le lapin ,s’est taillé en nous laissant comme deux cons …

Le mec les emmena à l’écart .Il portait un costume d’un blanc immaculé avec une petite chemise en soie blanche ,elle-aussi, et des pompes italiennes à la dernière mode .Il pausa ses ray-bans sur un petit pupitre et s’alluma une clope .

_ Vous fumez ? ,demanda-t-il poliment

Le mak s’empara du paquet et se colla trois cigarettes dans le bec .Il était excité comme une puce .La dernière fois que Prof l’avait vu comme çà ,datait du jour précédant la retraite de Mémé Jacqueline .

Prof ,lui, déclina l’offre car il traînait depuis l’enfance des séquelles de tuberculose .Il avait les bronches fragiles comme les péronés de Djibril Cissé .Un nuage de fumée sortit de la bouche du mec en blanc ,dessinant dans le ciel le plafond de la chapelle Sixteen tandis que le mak tentait en vain de faire des cercles avec la fumée qui sortait de sa bouche ,le visage bouffi et les yeux rouges comme un lapin dans les laboratoires de Sanofi-Aventis .

« Vous êtes au purgatoire ,les petits gars ! »,lâcha le mec sans barguigner.

_ Dites-donc monsieur le mec en blanc ,vous auriez pu barguigner un peu parce que là çà veut dire qu’on est mort ,non ? ,demanda Prof soudain blême.

Le mak était concentré sur ses anneaux de fumée comme le lait dans un tube Nestlé et ne releva même pas ce que venait de dire son compagnon .

_ Oui ,si vous êtes là ,c’est qu’il y a de fortes chances que vous soyez passés de vie à trépas ,ajouta le mec .

_ Bah ,c’est à dire que cela ne nous arrange pas trop .On a tous les deux un métier et des obligations .Je suis syndicaliste dans l’éducation nationale et mon ami travaille dans le commerce genre import-export alors vous voyez ,être mort çà tombe mal .On est bien conscient de votre gentillesse mais on doit rentrer chez nous ,mon pote à un divorce à boucler et moi j’ai des tracts à terminer …

_ Oh ,lala mon gars ! ,coupa le mec ,moi j’y peux rien à votre histoire .Moi ,je bosse à la réception du purgatoire .Je dispatche ,je ventile .Je vous fait le speach d’arrivée classique pour les mecs paumés si vous avez des réclamations ou des désidérata(s) particuliers genre MGEN ou autres ,c’est pas avec moi qu’il faut traiter .

_ Parfait ,alors on doit voir qui ,on doit faire quoi ? ,questionna Prof

_ On bouffe quand monsieur ,parce que je commence à avoir les crocs ,hasarda le mak qui comme d’habitude arrivait après la bataille mais avant l’apéro …

Le mec tendit un doigt en direction de deux portes devant lesquels se tenaient deux armoires à glace  venues tout droit du fin fond de l’Ukraine et il expliqua :

_ Vous voyez ces deux portes ?

Prof et le mak acquièsçèrent ,sentant les emmerdes se pointées dans pas longtemps .

_ Donc ,devant chacune d’elles il y a un gardien qui ne peut dire que OUI ,NON, PEUT ETRE ,TRISOMIE 21 et SAUCISSON SURPRISE .Qu’elle est la question que vous devez leur poser pour qu’il vous ouvre la bonne porte ,sachant que si vous vous trompez ,c’est la mort assurée .Bien évidemment vous n’avez qu’une seule chance sinon ce ne serait pas drôle .

Prof blêmit encore un peu ,il était presque translucide .Il se tourna vers le mak qui pour une fois semblait concerné.Le mak lança un « je sais ! » ,qui terrifia Prof comme la charnière Mexès-Gallas terrifia la France en son temps …

« Arrêtes tes conneries le mak ,tu sais rien .Fermes-ta gueule tu vas nous faire crever ! »,hurla Prof en se jetant sur les jambes du mak ,le plaquant au sol ,dans un état second .On aurait dit qu’il avait bouffé Chabal ...

_ Mais si çà se trouve on est déjà mort alors on peut pas mourir deux fois !,argumenta judicieusement le mak la gueule dans la luzerne fraîche.

Le mak lança son fameux « coup du sombrero » dans les dents de Prof et se releva d’un bond .En trois enjambées ,il était déjà devant les gardiens .Allongé dans l’herbe ,fortement blême comme un HLM ,Prof sentait venir la fin .

Campé devant le gardien ,le mak dit :

« Monsieur le gardien ,que me répondra votre collègue si je lui demande ce que vous me répondrez si je vous pose la question de savoir qu’est ce qu’il y a derrière la porte devant laquelle il est ,sachant que cette question fonctionne aussi en inversant l’ordre de la demande ,du moins je crois ? »

_ On va crever là ,maugréait Prof

Le gardien se mordillait la lèvre supérieure d’un air dubitatif tandis que le mak scrutait le moindre signe établissant son succès dans cette épreuve .Le gardien fronça les sourcils ,réfréna un rot et éclata d’un rire tonitruant .Il était écarlate et se roulait à présent par terre en se tenant les côtes .De son côté ,l’autre gardien n’était pas en reste et lui aussi hurlait de rire .Le mak éberlué tentait en vain de savoir en quoi il avait déclencher cette franche hilarité .Le gardien se reprit et dit :

_ Vraiment Bézu ,t’es trop fort !

Le mec en blanc s’approcha ,lui aussi ,plié de rire .

_ Y avait longtemps qu’on s’était pas marré comme çà ,t’as vu la tronche du mec allongé par terre .Il a bien cru qu’il allait y passer ,le con !

_ La dernière fois qu’on s’est poilés comme çà c’était quand henry Salvador s’est pointé ici et qu’on lui a fait le même coup …

Bézu se tourna vers nos deux compères et leur dit :

« Vous ne m’avez pas reconnu ,je suis Bézu ,de la classe .Depuis ma mort ,je bosse ici .Eu égard à mes états de service ,je suis spécialiste des queues et surtout des queues leuleu  .Comme vous m’aviez l’air bien sympa ,je me suis permis de vous faire une blague parce que d’habitude les mecs qui se pointent ici ,ils font plutôt la tronche . »

_ Super drôle comme accueil ,pesta Prof en se relevant

_ J’avais bon ou pas à ma question ? ,demanda le mak

_ En fait ,vous n’avez qu’à vous rendre aux guichets qui sont là-bas et à expliquer votre cas .Chaque guichet gère une catégorie : Mort violente ,Mort naturelle ,suicide ,etc … .Depuis quelques temps ,on fait des heures sup avec le guichet catastrophe naturelle et d’ailleurs voilà encore un contingent d’haïtien qui se pointe …

A la seule évocation de haïtiens en souffrance et de corps à potentiellement exploitable pour pas cher ,le mak eu le regard du guépard lâché dans un troupeau de gnous hémiplégiques et aveugles .Il commençait déjà à compter combien il pourrait tirer de ce business quand Prof lui dit :

_ Bon ,on y va le mak .On va faire notre réclamation comme quoi on n’est pas trop d’accord avec le fait qu’on soit mort sans s’en rendre compte .

_ On aurait peut être pu en profiter pour aider deux ou trois haïtiennes à sortir de la misère ,je dis çà parce qu’on est là …

_ Chacal lubrique ! Tu vois pas qu’on est déjà pas mal dans la merde sans en plus en rajouter une couche avec un détournement de mineur juste devant les yeux de Dieu le père ! Tu veux vraiment qu’on reste ici pour toujours ou quoi !

Le mak baissa les yeux moins par honte que pour reluquer une jeune haïtienne au regard rieur , qui devait avoir dans les huit ans …

Il ne leur fallut que quelques minutes pour arriver au guichet ,la préposée était une superbe créature avec un décolleté jusqu’au nombril ce qui ne servait pas à grand chose mais donnait un côté plus sexuel à notre aventure .

Prof s’approcha et expliqua :

« Bonjour madame ,on vient faire une réclamation « 

_ Que puis-je pour vous ,messieurs

_ Fout-toi à poil ,cria le mak

_ Ne tenez pas compte de ce que vient de dire mon débile de pote et surtout si cela vous met de mauvais poil !

Prof tenta un clin d’œil pour appuyer son bon mot mais la guichetière resta de marbre .Il poursuivit :

 _ En fait ,c’est assez drôle quand on y pense mais il y a eu méprise ,nous ne sommes pas mort et pourtant nous sommes là par erreur ,sans doute ,n’est-ce pas cocasse ?

_ Il n’y a jamais d’erreur .Si  vous êtes là ,c’est qu’IL a décider que vous soyez là .

_ IL ?

_ Le big boss ,DIEU ,quoi …

_ Ok ,bien sur ,mais qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

_ Pour commencer vous allez me remplir deux ou trois formulaires ,histoire de meubler le temps mais vous me direz qu’on a tout notre temps ,on a même l’éternité ,dit-elle en riant

_ Des formulaires à la con ?

_ Vous pouvez aussi attendre 300 ans sur le côté et discuter avec Bézu …

_ Donner nous vos formulaires ,vite fait parce qu’on a pas que çà à foutre !

Prof et le mak remplirent leurs papiers en pensant que décidément ,le purgatoire avait un arrière-goût d’ex-URSS .Une fois rempli ,ils rendirent tout la paperasse à la guichetière qui leur dit :

« Parfait ,parfait .Maintenant je vais vous assigner un numéro chacun .C’est la procédure classique .C’est dans le règlement . »

_ Bah voyons ,un numéro ! Et pourquoi pas un tatouage ou une étoile jaune ! ,hurla Prof

_ Vous le gueulard ,je vous donne le numéro 6 parce que patrick Macgohan vient de nous quitter …

_ Et moi ,je peux avoir le 007 çà ferait super cool avec les gonzesses ?

_ Désolé mais pour vous il ne reste que le 154876938753254858945633335455 c’est un peu long ,surtout que vous devez le connaître par cœur sinon vous vous exposez à de lourdes sanctions …

_ Bon ,çà y est ,on a nos numéros de bagnards ,manque plus que le boulet quoique avec le mak je suis déjà pas mal vernis !

La guichetière se leva ,dévoilant des jambes immenses et invita nos amis à la suivre .

« Vous n’avez plus qu’à passez par le portique de contrôle et à suivre l’ange de première classe Boris que vous voyez là-bas « 

Prof s’avança le premier et traversa sans encombre la porte sensée contrôler je-ne-sais-quoi et salua Boris ,un ange habillé en garçon d’étage d’un grand hôtel .Puis ce fut le tour du mak et là ,le portique se mit à biper laissant retentir une petite musique similaire à celle des gares de la SNCF . Le mak regarda la guichetière comme un enfant pris la main dans le pot de confiture .Cette dernière lui expliqua :

« Vous devez être en possession d’un objet qui ,d’une manière ou d’une autre ,possède un lien avec le sacré .Il vous faut vous en séparer et le laisser à la consigne « 

Le mak sentit le bâton sacré lui caresser délicatement le sacrum .La guichetière ajouta ,agacée :

« Faut vous magnez le train quand même parce que vous n’êtes pas les seuls à avoir besoin de mes services .Soit vous le faîtes tout seul ,soit je demande aux deux gardiens de vous fouillez au corps de manière appuyer .La dernière fois ,il nous ont rendu le mec en pièces détachées … A vous de voir

_ Fait ce que la dame te dit le mak ! On va pas coucher là .En plus y a Boris qui m’a promit qu’on boufferait un truc …

 

 Le vieux tracteur remontait l’avenue avec à son bord deux gros moustachus vêtu de pantalon de velours et de chemise à carreaux .Il venaient récupérer le mak que Déborah avait drogué et se réjouissaient à l’avance du bon moment qu’ils allaient passer avec ce fumier .Ils garèrent leur véhicule en bas de l’immeuble et gravirent les étages avec une étonnante allégresse pour des mecs qui allaient torturer de manière effroyable et sordide le corps d’un être vivant …

Déborah leur ouvrit et montra du doigt le coin de la pièce ou elle avait installer le mak .Elle dit simplement :

« La raclure de chiotte est là ,saigner-le comme un porc ,ce salopard ! »

Puis elle s’allongea sur le lit ,prête pour le spectacle .Une odeur de roquefort embauma la pièce lorsque les deux tortionnaires sortirent leurs affaires de la vieille malle .Il y avait pas mal de trucs rouillés et pas mal de bidules qui vous refilaient des maladies nosocomiales rien qu ‘en les regardant .Celui qu’on surnommait « José » jeta un grand saut d’eau dans la figure du mak et un lot d’insultes .Le mak ouvrit péniblement un œil et compris que les minutes à venir allaient ressembler à un 21 avril …

Après s’être échauffé en lui filant des claques et des coups de latte dans les côtes ,José sortit un long couteau de boucher et commença à se tailler un steack de mak dans ses poignées d’amour .Bizarrement le mak faisait preuve d’une résistance étonnante ,grimaçant à peine lorsque la lame du couteau le découpait en carpaccio .

Enervé par ce mutisme ,l’autre mec prénommé « Nico » ,utilisa un vieux tisonnier pour arracher un à un les ongles du mak puis les dents puis les poils du torse … Le mak souriait comme pris de folie et à plusieurs moments ,on eu même dit qu’il riait .José et Nico en rajoutèrent une couche avec la trancheuse à jambon ,débitant consciencieusement les deux jambes du mak mais celui-ci était toujours hilare . »Je sens rien je vous dis !« leur criait le mak .Déborah contemplait le spectacle en gueulant : »Mais bon sang faîtes le hurler de douleur ,je veux qu’il souffre comme j’ai souffert en sierra léone ! »

José s’apprêtait à coudre les paupières du mak avec la queue d’un chat sauvage lorsque le mak s’évapora comme par magie .

 

 

Manu et Nath venaient juste de terminer leur nettoyage .Il avaient embarqués le mak inerte sur le porte-bagage de leur tandem et roulaient en direction de chez sherpa .Nath avait un mauvais pré-sentiment ,cette histoire devenait trop complexe pour n’être qu’un règlement de compte dans la majorité .Tout çà sentait mauvais comme un mak au réveil .Heureusement que manu tenait une forme du diable ,il pédalait comme un dératé tandis qu’elle pouvait tranquillement réfléchir à l’affaire .Tout à coup ,le mak se redressa dans un cri de douleur atroce ,il avait les yeux révulsés et hurlait à la mort .Manu et Nath stoppèrent le tandem sur le bas côté et libérèrent le mak qui gigotait de plus en plus fort .Abasourdis ,Manu et Nath contemplaient le mak se rouler par terre en hurlant de douleur .Puis dans un dernier spasme ,le mak disparu ,laissant Manu et Nath totalement désemparés .

 

 

Dans l’intimité de la petite pièce ,le mak baissa son pantalon et retira précautionneusement le bâton sacré .Il le glissa dans un sac plastique que la providence au grandes jambes avait placé là et sortit du local .Il tendit le sac à la guichetière et dit :

_ Voilà c’est fait ! mettez-moi çà de côté car j’y teins comme à la prunelle de mes yeux ,c’est sentimental ,j’y peux rien …

Le mak passa le portique et rejoignit Prof et Boris ,l’ange déguisé en groom .Boris expliqua :

« L ‘archange Gabriel veut vous voir tout de suite .Je vous y emmène de ce pas . »

_ On ne devait pas bouffer un truc avant ?

_ L’archange ,l’ange ,le gardien ,la guichetière ,c’est l’armé mexicaine ici !

_ Vous savez ici tout le monde à une tâche précise ,une fonction précise .Tout est prévu ,rien n’arrive par hasard _ J’avais aps trop cette impression mais si vous le dîtes ,ajouta Prof

_ C’est pas prévu qu’on bouffe ,alors ?

Le groom était déjà parti devant ,invitant Prof et le mak à le suivre .C’était un vrai dédale de couloir et de porte d’ailleurs à un moment il croisèrent le minotaure qui poussait une table à roulette avec un repas pour deux dessus .A un autre moment ,il pénétrèrent par erreur ,comme quoi ,dans une pièce à l’intérieure de laquelle un homme et deux femme étaient en train de s’engueuler .Le mak fit du gring à celle que les autres nommaient Estelle et Prof eu un ticket avec Garcin .Cependant le groom ne leur laissa pas le temps de conclure et les entraîna dans une autre succession de couloirs jusqu’à cette fameuse porte sculptée .Boris tapa deux coup longs et un coup court ,puis retapa long et court sur un rythme brésilien et la porte s’ouvrit sur un bureau assez spacieux au fond duquel un homme était assis devant une table en ivoire .

L’archange Gabriel les accueillit simplement les invitant à s’asseoir sur des fauteuils en forme de nuages .Il leur dit :

« Messieurs ,Dieu a besoin de vous « 

_ Vous vous foutez de notre gueule ,monsieur Gabriel ? ,répondit Prof

_ Ai-je une tête à me foutre de vous ,à raconter des cracs ?

_ C’est pas vous qui avez dit à Marie qu’elle attendait un enfant en étant vierge ?

_ C’était il y a longtemps ,j’étais jeune et inconscient .considérons cela comme une erreur de jeunesse …

_ Vous savez ,on est obligé d ‘être sur nos gardes à cause du sens de l’humour des vôtres …

_ OK , un à un ,la balle au centre !

_ Nous ,on veut simplement retourner chez nous ,retrouver notre famille ,gagner au loto ,vivre comme des princes et être adulés comme des demi-dieux …

_ Retourner chez vous ,c’est facile mais pour cela vous devez nous rendre un minuscule service

_ Un service ?

_ Un minuscule service de rien du tout

_ Si c’est si minuscule pourquoi avez-vous besoin de nous ,nous on y comprend rien à vos histoires de purgatoire ,de formulaire et d’ange habillé en spirou

_ Justement ,on a besoin de gens comme vous .

_ De cons ?

_ Non ,de gens innocents comme l’agneau qui vient de naître …

_ Vous trouvez que le mak et son business de putes ;c’est innocent comme l’agneau qui vient de naître ?

_ Là ou je vous demande d’aller ,le mak c’est le Mahatma Gandhi !

_ Et c’est ou ,ce paradis ?

_ Bah ,justement c’est l’enfer !

_ Je croyais que l’enfer c’était les autres ,glissa le mak fier de sa culture générale

_ En fait ,il faudrait que vous rendiez au Pandémonium ,la capitale des enfers pour rencontrer Lucifer ,c’est tout

_ C’est tout ! vous voulez pas cent balles et un mars ,non plus !

_ Je suis diabétique alors les mars ,c’est pas bon pour ma glycémie

_ Non mais qu’est-ce qu’on vous a fait ,on demande rien à personne ,on fait nos trucs dans notre coin .On s’occupe de nos oignons ,on fait un peu de politique ou du trafic de filles ,rien d’extraordinaire quoi ! et là vous débarquez ou on débarque ici par ce putain de miroir à la con ,il y a des mecs de 1 cm et Elvis Presley en robin des bois et enfin vous et votre mission en enfer ! non mais je rêve ,je vais me réveiller bientôt ,je serais dans mon lit …

_ Non ,vous ne rêvez pas .Vous êtes là avec moi et Dieu a besoin de vous pour descendre au Pandémonium .Je n’irais pas jusqu’à dire que vous avez le choix parce qu’en fait vous l’avez pas !

_ On pourrait peu être manger avant d’y aller ,non ? ,dit le mak

_ Moi je bouge pas de là ,je ne vais nulle part .C’est bon les conneries ,j’ai pas envie d’aller voir là-bas si le diable y est ,je peux attendre 1000 ans ,j’ai le temps tant pis pour mes tracts !

_ Mais enfin ,Prof ,si Dieu veut qu’on y aille ,il faut y aller …

_ Ton ami est plein de bon sens

_ C’est un emmerdeur de première ,oui ! les trois quarts du temps il ne pense qu’à bouffer mais il suffit qu’il y ait une connerie à faire pour qu’il s’engouffre dedans la tête la première !

_ Mais là ,Prof çà ne peut être une connerie ,c’est Dieu qu’a dit qu’il fallait qu’on y aille !

_ S’il te demandait de tuer ton fils ,tu le ferais ?

_ Il y en a qu’on essayer … glissa Gabriel penaud

_ Et pis d’abord ,qu’est-ce qu’on va faire là-bas qu’on pourrait pas faire ici ?

_ Dieu n’a rien dit

_ Donc on va en enfer sans trop savoir pourquoi ,sans but précis ,on fait du tourisme ou quoi ,il nous a réservé un gîte ?

_ Je trouve ce plan parfait ,dit le mak

_ C’est la dernière fois que j’accepte vos conneries .On y va et après on rentre chez nous …

L’archange Gabriel sourit .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Tranche d'exraits

Commenter cet article

bobby 09/03/2010 20:35


c'est comme l'éternité c'est surtout long vers la fin


grand guide suprème 09/03/2010 18:45


C'est magnifique. Il faut que je demande à me mettre à mi temps pour avoir le temps de tout lire et d'écrire ma partie.