Pas de prime pour l'affaire Clearstream.

Publié le par grand guide suprème dit Prof



 

 

Bérégovoy me prit par la main et pour un rigolo.

 

« - Tu me reconnais ? » me demanda-t-il du regard.

« - Ben oui, quand même ! » lui répondis-je d'un clin d'œil.

«- Tu me suis ? » m'invita-t-il d'un geste de la main.

« - Je te suis » confirmai-je d'un mouvement des pieds. Et hop, on était partis.

 

 

 

 

Puis on était arrivés. Dans une sorte de château. Des oiseaux gazouillaient des trucs gazouillants, style « Les dents de la mer ». Béré me regarda dans les yeux, solennel comme un drapeau le 11 novembre.

 

 

 

« -Tu vois la porte là-bas ? » J'opinai, comme le type qui a dévalué le franc il y a des années, Jo Pinay. Rien à voir avec Jo Pinel, qui était rémouleur. « Bon. Quand tu ouvres la porte, il y a un nain. Dans ce nain, il y a un autre nain, plus petit, et puis un autre dans le deuxième, etc. Tu dépèces les nains jusqu'au moment où, dans le dernier nain, il y a un playmobil. Ce playmobil a une épée à la main. Tu la prends et tu dois t'en servir pour chatouiller une princesse qui habite le quartier. La dite-princesse, mise de bonne humeur, te révèlera alors les 8 chiffres de sa date de naissance. Ça formera un numéro de téléphone que tu composeras sur le digicode en bas d'une tour pas loin. Là, un druide gaélique aveugle t'ouvrira et te donnera les cordonnées géostationnaires d'un dragon qui ne s'est jamais lavé les dents. Chacune de ses morsures est mortelle. Tu prélèves le foie du dragon et puis tu le poêles avec des petits oignons, que tu auras émincés avec du vinaigre balsamique en soufflant 7 fois de la muscade par le nez. Là, tu vomiras 7 fois. Tu trouveras dans ton 7ème vomi la clé qui te permettra d'ouvrir un coffre dans lequel un perroquet te délivrera un plan qui te permettra de rejoindre la porte du château où on est, porte qui s'ouvrira sur une rose magique. Cette rose est précieuse, car ….

- Et toi, tu sais laquelle c'est, la porte avec la rose magique ?

- Euh, oui, c'est la porte juste à côté de la porte où il y a le nain derrière, à droite.

- Ben je vais y aller direct, en fait, parce que sinon on n'est pas rendus....

- Ohlala, ça manque un peu de panache, tout ça !

- Non mais on est obligé, Béré. On a un timing très serré, on peut pas passer 45 épisodes à aller chercher des conneries qui permettent de trouver d'autres conneries. On a une élection à gagner, faut qu'on venge ta mémoire...

- Ranger ma mémoire ? J'ai pas encore Alzheimer, petit con !

- Non, venger !

- Manger ma mémoire ???? Cannibale, va !

- Non, venger !!!!!

- Changer ma mémoire ? Uchroniste !

- Non mais Béré, faut te calmer. On voulait juste VENGER ta mémoire, au départ. Et de fil en aiguille, on en est venu à avoir des tas de trucs sur les bras, comme des tatouages qui diraient « Faut gagner en 2012 », « Faut battre Sarko par ko », « Jésus, tu pues », « Rougy Vacances, Villepin présidence », «Ramène du pain » et tout ça.

- Ah bon. Bon.

- Elle sert à quoi, la rose magique ?

- Ah. Bon. Tu connais Raoul Villain ?

- Bof.

- Tu connais Jaurès ?

- Oui quand même !

- Eh bien Villain, c'est celui qui a collé 2 balles à Jaurès. (un long silence) Bon, ben, Raoul Villain a eu un fils.

- Ah ?

- Oui.... Comment dire ? Tu as bien connu ton grand-père ?

- Non.

- Ton grand-père, c'est Raoul Villain.

- Ahhhhhhhhhh!

- Oui, ben attends, c'est pas le pire.

- AHHHHHHHHHHHHH !

- Tu crois que je suis mort comment ?

- Ben, suicide, pan pan le long du canal, à cause le prêt tout ça tout ça....

- (un très long silence) Ton père ne t'a donc rien dit ?

- Ben non ! Parce que quoi ? Non !!! Un assassinat ? Nonnnn ???!!!!

- Oh, attends le meilleur ! Tu sais qui m'a poussé dans le canal ?

- Non ?

- Tu ne sais pas qui on appelle « Plouf le 1er ministre », par ici ?

- Non ?

- Comment dire ? Tu connais bien ton père ?

- Ben bof...

- Hum...

- Parce que tu veux dire...... Que c'est mon père qui … Plouf ??????

- La rose, c'est pour me venger. Et laver l'honneur de ta famille.

- Ah là, l'honneur de la famille, il faut un bidon de 5 litres pour le ravoir, au moins.... Non mais j'y crois pas. (un petit silence) Raconte un peu pour voir.

- On est le 1er mai 1993, à Nevers. J'appelle François

- Hollande ????

- Mais non, petit con. Mitterrand. Pour lui dire qu'on a repéré la taupe de droite qui a infiltré le gouvernement et qui le fait pencher à droite. Et au moment où je vais dire « Fabius », on me pousse. Plouf.

- Ouhlalala ! C'est pas un pêcheur maladroit qui vous aurait fait tomber sans faire gaffe, ou quoi ?

- Et qui me tire sous l'œil au pistolet quand je suis remonté à la surface ?

- Gloups.(un silence coupé d'un sanglot long comme un automne monotone)

- Donc tu as la mission de buter ton propre père, et vite. Parce que, vois tu, si un candidat de gauche réussit à gagner en 2012, on ne voudrait pas que tu perpétues la tradition familiale et que tu tues l'élu.....

- Rien d'autre ? Je me mets la rose magique à la boutonnière et je descend l'homme dont je descend. Je scie la branche de l'arbre généalogique sur laquelle j'ai le cul posé. What else ?

- Techniquement, tu lui plantes la tige dans le cœur.

- Bon, je vais tuer mon père. Y a pas besoin que je couche avec ma mère, non ? Sinon, dites le, que je profite de l'enterrement.

- Va, vaillant villepiniste vigoureux qui va vivre une vibrante aventure ! »

 

 

 

        Je rejoignis les autres au concert. J'allais reformer Oedipe Purple. Moi, je jouerai de la tige de rose et mon père serait au chant. Du cygne.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

delaunay 13/05/2011 23:04


c'est beau comme un but d'hengbart


delauany 13/05/2011 23:02


cool


Abraham's sisters 08/05/2011 16:06


C'est beau, on dirait du Jean Yann.